A Propos
|     A propos      |     Légal   |      Information    |   

Zanis WaldheimsBernadette PekssInterprétationNoosphèreLa SpiraleSculptureRetour

 ZANIS WALDHEIMS
(RIGA 1909 – MONTRÉAL 1993)
NOTES BIOGRAPHIQUES
PAR YVES JEANSON

19 sept. 1909 : Naissance des frères jumeaux Zanis et Alfred Waldheims dans la ville de JAUNPILS dans la province de ZEMGALE en LETTONIE, d’un père (Ernest Waldheims, 1881-1935) dont les parents étaient d’origines polonaises et d’une mère de souche lettone (Pauline Kakstins, 1879-1956). Les parents de son père avaient un nom polonais qui finissait par Sky. Les parents d’Ernest morts, il fut adopté par une famille allemande portant le nom de Waldheims d’où il tire l’origine de son nom de famille d’adoption. Son père lors de son service militaire en Allemagne déserte et abandonne sa famille adoptive pour vivre librement. Ils sont en pleine période de la naissance du nationalisme Letton. Ils vivent dans la région de Sloka jusqu’en 1914.
Juin 1915 : Son père est mobilisé par l’armée du Tsar Nicolas II pour aller combattre en tant que fantassin contre l’armée Allemande qui a envahi le territoire Letton.
Août 1915 : Pendant que le père est au front, la famille se réfugie chez le frère de sa mère, qui vit à St-Pétersbourg. Ils fuient l’offensive Allemande lancée sur la ville de Riga la capitale de la Lettonie. 
Février 1916 : Mort en Finlande d’Elmars son frère cadet des suites d’une pneumonie contractée durant l’hiver. Ils doivent casser la glace le matin dans la cuisine pour se faire à manger.
Octobre 1917 : Désertion de son père de l’armée Russe qui est en pleine débandade. Son père va les rejoindre à St-Petersbourg.
Printemps 1918 : Retour de la famille à Riga. C’est la famine qui y règne. Son père se cache dans la forêt pendant que sa mère travaille dans les cantines allemandes pour faire vivre la famille où elle doit marcher de longues distances deux fois par jours.
Novembre 1918 : Armistice. Ils quittent la ville de Riga pour la ville de Sloka. Son père fait fumer du poisson qu’il vend ou échange pour de la nourriture aux fermiers.
Guerre de Libération, Nov. 1918 à Janvier 1920 : Son père retourne à la guerre pour combattre avec les Nationalistes Lettons contre les Allemands, les Russes Blancs et les Russes Rouges qui veulent tous s’accaparer la Lettonie. Son père se retrouve en prison pour cinq mois à Jelgava avec son beau frère qui combat pour les communistes Lettons. Son père contracte la typhoïde. On le pense mort. Son oncle sort de prison dans un échange de prisonniers.
1919 : Pendant que le père est à la guerre la famille vit sur une ferme à Dobele ou Zanis travaille aux travaux de la ferme avec son frère Alfred. Il est bagarreur, indiscipliné.
Été 1923 : Mort de son frère Alfred à l’âge de 14 ans des suites d’une commotion cérébrale. Zanis reste le seul enfant vivant. Il n’est qu’en troisième année du primaire. Zanis fait des portraits, il y excelle tellement bien qu’il est présenté à un peintre Letton de renom (Karlis Ievins).
Été 1924 : Mort de sa grand-mère Anlyse qui joua un rôle important pour sauver Zanis de son rachitisme infantile. À la naissance, Zanis est tellement petit et faible, qu’elle le met dans une boite à soulier et dans un fourneau qui servira d’incubateur. 
1925 : Passe une partie de sa 5ième année scolaire en pensionnat subventionné. La nourriture est tellement infecte qu’il retourne chez lui. 
1926 : Il commence sa vie dans la grande ville de Riga en tant que journalier dans la construction. Il vit chez une de ses tantes et fréquente l’école le soir tout en apprenant le métier de menuisier charpentier. 
1927 : Se trouve un emploi dans la construction comme menuisier charpentier. Il fait venir ses parents de la campagne et travaille avec son père sur la construction de ponts. Il manque de se noyer. Étudie le soir dans le but de terminer son secondaire.
1932 : Fait son service militaire à Daugavpils. Il est indiscipliné. Il excelle à la course à pied. 
Mai 1933 : Se trouve un emploi au département des eaux et forêts pour le gouvernement Letton qui le pousse à terminer son secondaire qu’il termine en deux ans. Travaille comme dessinateur et deviendra statisticien. Il y travaillera jusqu’au moment de sa fuite vers l’ouest en octobre 1944.
1935 : Mort de son père (1881-1935). Il commence à fréquenter les filles. Sa cousine Senta lui présente une fille d’origine Lithuanienne qui deviendra sa future femme. 
1936 : Décide d’entrer à l’Université de Riga pour faire son droit.
Juin 1937 : Mariage avec Irene Migla, une infirmière qui lui a sauvé la vie des suites d’une appendicite mal soignée.
1938 : Son oncle est mis en prison par Staline. (Voir le livre ARCHIPEL DU GOULAG, tome II, Chapitre 11)
Avril 1938 : Naissance de leur fille Valda. Fréquente l’Opéra de Riga.
1er Sept. 1939 : Envahissement de la Pologne par l’armée Allemande.
29 oct. 1939 : Envahissement de la Lettonie par les Soviétiques. Fermeture de l’université de Riga.
Juin 1941 : L’Armée allemande attaque la Lettonie (opération Barbarossa) et font avorter une déportation imminente de lettons vers la Sibérie. Stabilisation relative de la vie sociale.
Mars 1942 : Naissance de leur fils Uldis.
1943 : Occupation complète de la Lettonie par les Allemands. 
Mars 1944 : Écrit ses derniers examens de droit à l’université de Riga. Ne peut obtenir son diplôme à cause du revirement de la situation politique avec l’avancée des Soviétiques vers l’ouest. Il écoute clandestinement la radio libre et est politiquement engagé contre les communistes et prédit la chute de l’Allemagne et l’instauration d’une dictature communiste en Lettonie. Ses confrères de travail au département des forêts qui pour la majorité sont communistes l’intimide pour ses opinions politiques. On le surnomme Churchill.
Octobre 1944 : Fuite de la famille vers l’ouest de la Lettonie en direction de LIEPAJA suite à l’avancé de l’armée Russe sur Riga. Sa mère Pauline Kakstins ne le suit pas, car elle est trop malade.
Nov. à Déc. 1944 : Il creuse des tranchés pour l’armée allemande dans la région de LIEPAJA. Des centaines de compatriotes partis le matin sont déclarés manquants le soir. Il échappe de justesse à la mort quand l’officier allemand le fait descendre du camion parce que l’orthographe de son nom de famille ne correspond pas à ses papiers en poche (une erreur de V et de W lui sauvera la vie). Le camion ne revint jamais. Il reçoit son laisser passer pour aller travailler dans un camp collectif dans la région des Sudètes en Tchécoslovaquie. (Deutch Kralup).
1er Janv. 1945 : La famille prend un bateau sous contrôle de l’armée allemande à LIEPAJA en direction de PILLAO en Prusse Orientale. Le bateau est pris dans une tempête de verglas et risque de couler à pic, tout le monde doit aller sur le pont pour casser l’accumulation de glace accumulée sur les superstructures.
3 Janv. 1945 : Avec son laisser passer en main, la famille prend le train et se rend avec d’autres lettons et leurs familles dans la ville de KOMATO dans la région des Sudètes (Montagne de la Tchécoslovaquie) pour travailler dans un camp de bûcheron pour les Allemands.
Fevrier 1945: À la conference de Yalta en Crimée Ukraine, les "Alliées Occidentaux", cèdent à l’Union-Soviétique, des pays de l’Europe de l’Est qui avant cet affront étaient libres, riches et démocratiques parmi lesquels son pays la Lettonie. Très grande déception dans sa vie d’intellectuel. Il est enragé contre les occidentaux d’avoir laissé faire. Tandis que Paris en France gagnait sa liberté, Riga et la Lettonie étaient sous la férule des Communistes de Moscou.
Mai 1945 : Vers la fin de la guerre qui est imminente, il fuit le camp de bûcherons et se réfugie en Allemagne du coté américain dans la ville de KARLSBERG. Il fera venir sa famille quelques temps après.
Juillet 1945 : Il se retrouve avec sa famille à Bamberg en Allemagne dans un camp de l’U.N.R.R.A. soit l’organisation de solidarité internationale crée en 1943 pour permettre d’accorder du secours immédiat aux nations ayant souffert de la guerre : rapatriement des prisonniers et déportés, secours en vivres, en vêtements, en matières premières, etc. En 1947, cette organisation cessa son activité. Vit des problèmes politiques dans le camp de réfugié quand des anciens communistes et fascistes truands prennent le contrôle du camp. 
Novembre, 1945: Zanis est complètement découragé quand il apprend la constitution de la court de Nuremberg pour juger les criminels de guerre Nazis. Il se rebelle complètement du fait que les alliés Américains, Anglais et Français aient admis les Soviétiques sur le panel de juges pour juger les Nazis. Il considère les Soviétiques comme les plus grands criminelles de tous les temps. Tous ces millions de morts dans les Goulags, les famines planifiées en Ukraine, les déportations, et cetera, étaient suffisants pour convaincre quiconque de leur moralité corrompu. Selon lui, les communistes avaient prouvé à la face du monde la cruauté de leur régime, et que maintenant ils jugeaient d’autres criminels. À ses yeux les occidentaux trahissaient les valeurs fondamentales de justice, et démocratie, que c’était là la preuve inéluctable d’aliénation de la part des leaders politiques occidentaux et des intellectuels qui ont laissé faire. En rapport avec cet événement sans précédent et des conséquences pour tous ces peuples, il prit la ferme résolution de chercher à comprendre comment le raisonnement qui avaient mené à de telles injustices.
Avril 1947 : Avec une permission spéciale du commandant du camp UNRRA à Bamberg, il se rend à Hambourg en Allemagne pour aller chercher une attestation de fin d’étude en droit de l’Université de Riga auprès de l’ancien doyen de la faculté d’économie et de droit travaillant maintenant à l’Université de Hambourg, document contresigné par l’ancien secrétaire de l’université et le chancelier de l’Université de Hambourg. Voir artéfact.
Février 1948 à Mai 1949 : Travaille pour la Société des Aciéries de Longwy en France avec un ami d’enfance (Janis Rosberg) dans la région de Thionville laissant sa femme et ses deux enfants dans les camps de réfugiés à Bamberg en Allemagne. Dur labeur pour un salaire de crève faim. Le coût de la vie en France est très cher et il n’y a pas de possibilité de louer un logement. Il demeurera au 79, route de Metz.
Avril 1948 : Séparation d’avec sa première femme Irene Migla. 
Mai à septembre 1949 : Avec son papier de déclaration de changement de résidence en poche, il part de la région de Thionville pour aller dans la région parisienne avec Janis Rosberg pour se trouver du travail. Chômage pour quatre mois. Ils vivent au 114 rue du Chemin Vert, Paris 11ème. Écoulent toutes leurs maigres économies. En désespoir de cause, ils écrivent au Délégué Général de l’Organisation Internationale pour les Réfugiés (OIR) pour régulariser leur situation administrative afin de se plaindre pour qu’ils les aident à trouver du travail. Ils seront supportés pendant quatre mois par l’Alliance Française. Comme passe temps, il étudie le Français et visite le grand Paris.
Juin 1949 : Rencontre Bernadette Pekss lors d’une fête lettonne traditionnelle « Janu diena ». Elle travaille pour une famille française en tant que couturière et domestique. Bernadette est comme Zanis, une réfugiée lettone qui avait fuit l’avancé russe en même temps que lui. Ils se souviendront vaguement de s’être croisés à LIEPAJA en 1944.
Septembre 1949 à janvier 1950 : Se trouve du travail à la Société des Forges et Ateliers du Creuzot en tant que manœuvre grâce au patron de Bernadette Pekss qui est un ex officier de l’aviation française. Change de lieu de résidence et vit au 13, rue du Château à Neuilly en banlieue de Paris.
Octobre 1949 : Sa première femme qui vit à Bamberg dans les camps de l’UNNRA part avec ses deux enfants pour aller travailler et vivre dans la région de Grand Rapids, Michigan, USA. Elle y travaillera comme infirmière.
Janvier 1950 : Change d’emploi et se trouve du travail comme trempeur-recuiseur à Reuil-Malmaison (Ateliers Partiots). Changement d’adresse et va vivre au 42 rue Joseph Maistre à Paris 18ième. Son ami de longue date Rosberg part pour le Canada et se rend à Ottawa chez son beau-frère Edgar Jaonzemis.
Octobre 1951 : Il reçoit de la Cunard Steam-Ship Company Limited un titre de voyage pour le Canada que lui fait parvenir Edgar Jaonzemis le beau-frère à Rosberg vivant à Ottawa. Il s’empresse d’aller se chercher un titre d’identité officiel et de voyage des autorités françaises afin d’émigrer vers le Canada. (Photo).
Fin 1951 : Se fait voler tout ce qu’il y a de valeur dans son appartement. Grand découragement.
9 Février 1952 : S’embarque au Havre sur le paquebot SS Scythia en direction de Halifax aux Canada (16 février). Arrive lors d’une très grosse tempête de neige et prend le train pour Montréal puis Ottawa chez son ami Rosberg qui y travaille.
Mars 1952 : Grâce à Edgar Jaonzemis qui est machiniste, il lui trouve du travail à Ottawa comme polisseur de métaux (Capital Metal Works). Il est mis au chômage peu de temps après car l’employeur se rend compte qu’il n’a pas toutes les qualifications annoncées.
Avril 1952 : Waldheims et Rosberg, abandonnent Ottawa et se trouvent un emploi à Montréal à 0.85 cent de l’heure comme manœuvre dans un entrepôt de transbordement de diverses marchandises en vrac chez Alexander Warehouse sur la rue Colborne (Delorimier). Cet emploi qu’il occupera pendant presque dix ans lui donnera beaucoup de temps libre de telle sorte qu’il peut lire durant les heures de travail. Ça lui donnera la possibilité d’entreprendre son projet de recherche. S’installe temporairement au 1822 Rue St-Christophe à Montréal.
1952 : Entreprend systématiquement sa rééducation. Lit tous les grands romanciers et auteurs français, allemands et anglais. Il est surpris que certains des meilleurs auteurs Français soient à l’index. Malraux, Céline, Sartre.
1953 : S’installe au 1219 Rue St-Urbain à Montréal. (Lieu de l’actuelle bâtisse d’Hydro-Québec)
Mai 1953 : Bernadette Pekss qui a 43 ans s’embarque à son tour au Havre sur le paquebot SS Samaria (Photo) en direction de Québec afin d’aller rejoindre Zanis au Canada. Elle travaillera toute sa vie dans la couture à petit salaire avec des problèmes d’asthme. 
Janvier 1954 : Début de son journal intime en langue française qu’il poursuivra jusqu’en 1993. Témoignage unique où il y consignera son vécu en tant que chercheur et sa vie en tant que néo-canadien dans une société canadienne française. Il sera possible de lire aussi ses réactions sur la politique canadienne et étrangère voire sur la vie culturelle et sociale du Québec dans les années cinquante et soixante. Cinéma, pièce de théâtre, journaux.  
1956 : Entreprend de lire L’HISTOIRE ROMAINE de MOMMSEN. Lit : Moulin Rouge de Toulouse Lautrec, Journal Intime de Benjamin Constant, Histoire de la civilisation chinoise de Granet, Jésus de Renan, Biographie de Taine, Michelet de Monod, Histoire de Grèce en anglais par Byree, Les mains sales de Sartre, Romans et nouvelles de Mme de Lafayette, La princesse de Clèves qu’il aimerait traduire en Letton, Histoire de la Littérature Française. 
1956 : Début de l’élaboration des ses idées sur la géométrisation inspiré par Maine de Biran et des lectures des auteurs scientifiques touchant à la cosmologie Weyl-Minskowski (idée sur les paramètres d’un monde relatif) et la philosophie entre autre de E.Husserl (phénoménologie, le carré rond) pour ne citer que les principaux, pour déboucher quatre ans plus tard sur un premier « schéma du fonctionnement du psychisme ». Lecture intensive d’auteurs scientifiques de différents domaines tels que : psychologie, philosophie, mathématiques, géométrie, astronomie qui serviront de base à la genèse de sa pensée. 
Mai 1957 : Déménage au 3746 de la rue Coloniale, Apt. 3 à Montréal dans le cartier St-Louis. Bernadette Pekks va y demeurer jusqu’à ce qu’elle casse maison à l’été 1998 pour entrer dans un foyer pour personnes âgées.
1953-1961 : Travaille fort le jour comme manœuvre à l’entrepôt, travaille très très fort le soir dans ses recherches sur la géométrisation de la pensée même s’il a le dos rompu par la douleur. Il travaillera toutes ses fins de semaines et ses jours de congés en réduisant au minimum ses sorties. Élaboration des premiers schémas en 1956. Nombreux problèmes avec sa première femme à Grand-Rapids au Michigan qui lui réclame de l’aide et de l’argent pour elle et les deux enfants.
1960 : Débouche sur le « schéma systématique » qui sera la pierre angulaire de son « invention » métaphysique qu’il élaborera quelques années plus tard en sa théorie de la géométrisation de la pensée exhaustive. 
Note : Le « schéma systématique » sera ni plus ni moins un dessin sur lequel sera intégré un ensemble de concepts sortis de diverses sources scientifiques relativement à la nature humaine soit des domaines de la sociologie, de la psychologie, des sciences pures, des mathématiques, de la biologie, de l’anthropologie, de la philosophie, de la phénoménologie etc. Le symbolisme du schéma illustrera des concepts d’espace et de temps; de sensibilité et d’intelligibilité; de matière et d’énergie; du gauche, du droit, d’en haut, d’en bas; de transformation; d’extérieur à d’intérieur; de input et output; d’extension et d’intensité et du moyen terme sur lequel il viendra à développer ses idées sur la philosophie du consensus et de l’unité de sens.
1961-1972 : Période de sa vie où il abandonne le travail pour se consacre à plein temps à vouloir formuler ses idées en une théorie. Une dizaine d’années dans une aventure humaine et intellectuelle unique qui visera à refaire les bases du model de pensée des humains, c’est à dire son mode d’intellection voire de refonder la morale par une pensée scientifique.
Période très difficile sur le plan matériel qui ne comptera que sur le maigre salaire de sa compagne Bernadette pour subsister. Pour ne pas lâcher dans ses moments de très grands découragements et d’isolements tant physique, social qu’intellectuel, il travaillera d’arrachepied en regardant toujours en avant et pour seule récompense de son dur labeur, il verra successivement des petits progrès dans ses idées qui lui donneront une immense satisfaction intellectuelle et la fierté d’être le premier dans cette aventure visant la réhabilitation de la métaphysique pour un monde meilleur à partir d’un système géométrique et esthétique qui débouche sur l’art et maintenant la philosophie.
1963 : Termine son essai qu’il intitule « LA DESCRIPTION DU SCHÉMA DE L’ENTENDEMENT ». Ce travail se veut une description en treize chapitres et 243 petites figures géométriques qui inclut un avant-propos de quatre pages et un texte explicatif de 16 pages. 
Juin 1963 : Écrit à l’ambassadeur de la France au Canada dont copie de sa lettre à Charles de Gaule président de la République Française dans le but de solliciter l’aide de son gouvernement pour entrer en contact avec le professeur Paul Chauchard, Directeur d’Études à l’École des Hautes Études Paris – 5ème, dont il estime beaucoup les travaux et sa moralité scientifique.
Novembre 1963 : Écrit au professeur Paul Chauchard en mentionnant l’immense respect qu’il a envers sa haute moralité scientifique dont il souhaite la collaboration et ses impressions au point de vue scientifique à l’égard de son schéma. Aucune réponse. Fin.
2 Novembre 1963 : Mariage de Zanis et Bernadette dans une église anglicane à Montréal.
1964 : Écrit un texte « Exposition de mon projet », où il décrit le but de son projet d’abstraction géométrique. Bon texte. Inclut aussi son « Résumé de mes recherches sur le problème de construire un système géométrique de l’entendement, de la psychologie et de l’épistémologie à la fois ». 17 pages. Reprend la description des treize chapitres décrivant les figures géométriques. Inclus aussi comme exemple 13 dessins originaux à un dessin par page avec annotations et descriptions. 
Juin 1964 : Sollicite la Compagnie canadienne de l’exposition universelle de 1967 dans le but de proposer un projet d’exposition de ses idées et de ses œuvres et entreprend une correspondance qui débouchera sur maintes frustrations et déceptions et de leur refus en avril 1966 sous le prétexte que « le temps hélas trop court ne nous permet aucun changement dans le scénario de nos pavillons et deuxièmement le public qui visitera l’Expo n’est pas suffisamment spécialisé pour apprécier ces recherches beaucoup trop technique ». Grande frustration.
Novembre 1964 : Au bout de ses économies, il fait une demande d’aide à la création et à la recherche au Ministère des Affaires Culturelles du Québec qui lui répond dans la négative en février 1965 prétextant qu’il ne pouvait l’aider « pour le moment ».
Février 1965 : Sollicite le directeur du Musée d’Art Contemporain de Montréal dans le but d’avoir de l’aide pour faire naître sa « philosophie plastique ». Brève correspondance qui ne déboucha sur rien. Fin.  
1960 à 1965 : Exécute une production de 70 œuvres (# 51 à 122). Son médium est le crayon de couleur sur du carton de qualité artistique.
Février 1966 : Consulte un bureau de marque de commerce à Montréal dans le but de breveter son invention. Il se fait répondre que c’est impossible car les brevets d’inventions ne peuvent s’appliquer qu’aux inventions mécaniques ou analogues ou chimiques. Il lui suggère quand même d’obtenir par leur intermédiaire et moyennant une somme de $75.00 pour frais d’enregistrement, un droit d’auteur sur la description de sa création ou même observation. NOTE : Dans l’exposé de son idée au bureau de marque de commerce, il parle d’un « art qui cherche l’harmonie entre le beau et le vrai dans la connaissance de même qu’elle cherche la compréhension entre le bien et le juste ».  
Février 1966 : Sollicite le Conseil National de Recherche du Canada pour les intéresser à ses idées. Il envoie la même lettre que celle envoyé précédemment au bureau de marque de commerce. Reçoit une réponse qui lui suggère qu’il serait peut-être profitable de chercher à discuter de ses idées avec des membres de la Faculté de Psychologie de l’Université de Montréal.
Mars 1966 : Écrit au docteur Wilder Penfield du Montreal Neurological Institute and Hospital pour lui demander un point de vue sur son travail de recherche. Le docteur Penfield lui répond qu’il ne peut s’occuper d’une telle œuvre, parce qu’il a d’autres engagements professionnels qui l’occupe mais il prend la peine de préciser dans sa lettre « Your very interesting manuscript has arrived and I have looked through it with admiration for the care and the study that you have shown but I cannot give this work the attention it deserves ».
Mars 1966 : Écrit au docteur Donald O. HEBB du département de psychologie de l’Université McGill pour lui demander son point de vue sur son travail de recherche. Le docteur Hebb lui répond dans la négative comme quoi il est trop engagé dans d’autres travaux, toutefois il est très encourageant en lui écrivant “ I have read far enough to realize that this is a profoundly different approach from any current theory, which means that it will require close attention and will take much time for its mastery and thus I will be unable to study your work and the elaboration of the ideas inherent in your beautiful designs.”
1966 : Dispute avec le Conseil Des Arts du Canada qu’il avait sollicité à la suite d’un article paru dans La Presse qui annonçait des subventions d’aide aux artistes de toutes disciplines. Après avoir envoyé tous les documents de sa théorie et son curriculum vitae on refuse de l’aider. 
1966 : Écrit un texte « Résumé des principes d’une méthode » où il reformule en trente pages ses idées sur l’abstraction géométrique. Inclus aussi 10 figures géométriques originales et le nom des auteurs scientifiques et de leurs ouvrages qui l’ont le plus inspiré pour élaborer les principes de la géométrisation de l’entendement. Ex : Maine de Biran, Bergson, Blanché, Cassirer, Guichard, Hartmann, Heidegger, Heisenberg, Husserl, Jung, Kant, Ruyer, Russell, Whitehead, Ashby etc.
1966 : Exécute une production de 12 œuvres (# 123 à 134). (Crayons de couleurs sur carton qualité artistique).
1967 : Exécute une production de 19 œuvres (# 135 à 154). L’œuvre # 142, « La montée de la conscience » est un point tournant dans son cheminement intellectuel et artistique. 
1968 : Exécute une production de 44 œuvres (# 155 à 199). 
1969 : Exécute une production de 36 œuvres (# 200 à 236). 
1970 : Dépose 28 octobre 1970 au Bureau du Droit d’Auteur à Ottawa, une demande de droit d’auteur pour sa théorie sur la géométrisation enregistré au numéro 66-217575 en tant qu’œuvre littéraire non publiée. Travail magistral en trois sections qui fait 229 pages où il développe au premier chapitre les idées qui composent sa théorie sur l’abstraction géométrique; au deuxième chapitre il décrit son approche de la géométrie en tant que différente de l’approche Euclidienne et la troisième partie est illustrée en 314 figures géométriques de son univers abstrait. Cette dernière section est également la dernière révision complète de son model qui est passé de 282 figures à 314 figures. Nombreuses notes de travail pour l’élaboration des chapitres qui compose sa géométrisation.
1970 : Aucune production de tableaux.
1971 : Exécute une production de 13 œuvres (# 237 à 250). 
1972 : Par l’entremise d’un ami Letton du nom de Caone, il trouve du travail comme commissionnaire dans une grosse compagnie de construction de Montréal (BG CHECO Engineering).
1972 : Exécute une production de 22 œuvres (# 251 à 273).
Mars 1973 : Remplis un formulaire dans le but de contacter une agence de brevet québécoise pour savoir s’ils seraient intéressés à développer une invention « plutôt théorique ». Quelques correspondances sans suite. 
1973 : Exécute une production de 1 œuvre (# 274).
Juillet 1974 : Rencontre Yves Jeanson qui travail pour la même compagnie que lui en tant qu’apprenti concepteur en système électrique pour les navires. Il deviendra son collaborateur et ami.
1974 : Exécute une production de 10 œuvres (# 275 à 285).
1975 : Commence son premier cahier d’esquisses. 145 pages avec notes. (Voir document). 
1975 : Exécute une production de 16 œuvres (# 286 à 302).
Février 1976 : Première exposition de ses œuvres à la bibliothèque municipale de la ville de Lachine sous le patronage d’Yves Jeanson. Jacques Beauchamp, le directeur de la bibliothèque en se faisant critique de l’exposition, écrivait dans le journal local Le Messager « Le nom de Waldheims ne veut peut-être rien dire pour nous, mais qu’importe le nom quand l’œuvre parle pour elle-même... Son géométrisme s’apparente au style « hard edge » mais va plus loin encore. Les formes sont beaucoup plus souples et esthétiques . . . Waldheims à réussi à toute fin pratique l’heureuse association entre la forme et la couleur au bénéfice d’une expérience visuelle sans précédent ». À cette exposition, la toute première de sa vie, on pouvait voir exposé 104 oeuvres parmi les plus belles de sa production répartis sur quatre murs d’une salle selon une douzaine de thématiques. Le titre de l’exposition était : EXPOSITION D’UN ART INTÉGRANT et sur la page titre d’un petit feuillet il avait redessiné la forme qu’il avait intitulé la montée de la conscience, l’œuvre # 142.
Automne 1976 : Se fait mettre à la retraite par son employeur.
1976 : Exécute une production de 11 œuvres (# 303 à 312).
1977 : Exécute une production de 41 œuvres (# 313 à 354). 
1978 : Exécute une production de 36 œuvres (# 355 à 391). 
1979 : Exécute une production de 19 œuvres (# 392 à 411). 
1980: Commence son deuxième cahier d’esquisses. 113 pages avec notes. (Voir document).  
1980 : Exécute une production de 32 œuvres (# 412 à 444). Prépare, à partir de matériaux que lui recommande et procure Yves Jeanson, des sculptures tridimensionnelles en styro-mousse.
Novembre 1981 : Deuxième exposition de ses œuvres dans une école primaire de Mont St-Hilaire sous le patronage d’Yves Jeanson. Exposition avant tout préparée à l’intention des enfants d’une école primaire en collaboration avec une enseignante de l’école. Pour la première fois, il y avait d’exposé des mini-sculptures en styro-mousse blanc représentant ses tableaux en trois dimensions. Les tableaux avaient donc leurs équivalents tridimensionnels et le but de l’exercice était de stimuler l’imaginaire des enfants. 
1981 : Exécute une production de 33 œuvres (# 445 à 478).
Septembre 1982 : Troisième exposition de ses œuvres et de ses sculptures sous le patronage du Collège Jean Bréboeuf et de Madame Monique Brunet Weiman critique d’art. 
Note : Il suivait des lectures sur différents sujets donnés au Collège et une conférencière s’est intéressée à son travail. Après qu’elle eue visité son appartement, elle lui a suggéré de faire une exposition au Collège. Pour cette exposition, il avait préparé un petit fascicule à l’intention des étudiants.
1982 : Exécute une production de 28 œuvres (# 479 à 507). 
1983: Commence son troisième cahier d’esquisses. 119 pages avec notes. (Voir document).  
1983 : Exécute une production de 42 œuvres (# 508 à 550). 
1984 : Exécute une production de 42 œuvres (# 551 à 593). Écrit à l’intention des membres de l’Université du troisième âge dont il est membre, un petit travail intéressant sur Wilhelm Ostwald, un ex-compatriote letton prix Nobel de Chimie en 1909, pour montrer qu’à tout âge il est possible de réaliser de grandes choses en dehors de son cadre purement professionnel. L’exposé sur Wilhelm Ostwald porte sur la couleur.
Septembre 1985 : Entreprend avec Yves Jeanson, un baccalauréat en philosophie à l’université du Québec à Montréal.  
Septembre 1985 : Apprend la mort de sa première femme Irène Milga.
1985 : Exécute une production de 24 œuvres (# 594 à 618).
1986 : Exécute une production de 5 œuvres (# 619 à 623).  
1987 : Prépare un fascicule de 50 pages où il épure ses concepts pour les généraliser d’avantage. Fascicule préparé avec une introduction sur l’énoncé de ce qu’est l’unité géométrisée de sens et son programme; reprend quatre dessins pour illustrer la décomposition du carré euclidien en son carré rond de la phénoménologie de Husserl; donne une explication de 23 figures particulières pour faire comprendre son abstraction géométrique et 13 planches de recherche dont un « schéma ». Ce fascicule sera son dernier plan de travail. Il y introduira une nouvelle approche en illustrant certains concepts à partir d’un cadran de la géométrique cartésienne.  
Septembre 1988 : Il reçoit son baccalauréat en philosophie de l’Université du Québec à Montréal. Il obtient 7 notes A, 15 notes B, 6 notes C, 1 note D, 2 notes E. 
A en : Histoire du concept philosophique, Lectures dirigées, Phénoménologie, Méta-Éthique, Philosophie et Esthétique, Modèle de la Renaissance et Philosophie, Introduction à la Philosophie Politique, Art et Utopie. 
B en : Introduction à l’Épistémologie, Introduction à la Philosophie du Langage, Théorie et Pratique (Introduction), Épistémologie Historique, Sémiologie et Sémantique, Wittgenstein, Concept de l’Ontologie Contemporaine, Signification et Subjectivité, Métaphysique, Pragmatique, Problème Philosophique issu du développement de la Théorie Psychanalytique, Théorie de l’Idéologie et Activité Symboliques, Une Tendance de l’Art Actuel depuis 1968, Problème d’Histoire Québécoise et Canadienne.
C en : Initiation au Travail Philosophique, Concept Fondamentaux du Marxisme, Hegel, Théories de l’Interprétation, Philosophie et Littérature, Europe de l’Est depuis 1918.
E en : Logique 1, Épistémologie des Sciences de la Nature. 
Juin 1989 : Visite de sa nièce d’Allemagne.  
1990 : Écrit un petit fascicule où il expose l’histoire principale de sa démarche philosophique artistique et de penseur entreprise sur plusieurs années. Bon texte, poignant. Il inclut aussi les phrases qui l’ont le plus impressionné : Maine de Biran, Goethe, René Huyghe, Benda, Leonard de Vinci, Moles, Husserl, Whitehead, Read, D.Donis, Broglie, Brion, Poincaré, Piaget, Vasarely et donne une bibliographie assez exhaustive des principaux auteurs qu’il a lu soit : 20 auteurs en histoire; 33 auteurs en sociologie et politique; 53 auteurs en psychologie; 14 auteurs en éducation; 19 auteurs en linguistique; 34 auteurs en philosophie; 30 auteurs entre la science et la philosophie; 15 auteurs en cybernétique; 26 auteurs en sciences pures; 33 auteurs en art. 
Printemps 1991 : Sous l’insistance d’Yves Jeanson, il entreprend de réécrire sa théorie de la géométrisation de la pensée exhaustive. Il y travaillera d’arrache pied en collaboration avec Yves Jeanson qui corrigera les textes pour en avoir une plus grande intelligibilité. Son travail fera douze chapitres pour un total d’environ 321 pages avec des dessins.
Mai 1992 : Sous l’initiative d’Yves Jeanson, il participe à la Maison de la Culture Frontenac à une exposition intitulée : L’art Brut, organisé par Madame Pascale Galipeau conservatrice et ethnologue. Il y prononcera une conférence sur son art et ses idées.
Juillet 1992 : Deuxième phase au musée de Lachine de l’exposition sur L’art Brut.  
13 Mars 1993 : Mariage officiel et catholique de Zanis et Bernadette à l’église Saint Louis de France. Premiers signes de maladie qui le conduira à sa mort. Tempête de neige du siècle.
19 Juillet 1993 : Décès de Zanis Waldheims. Il est enterré au cimetière de la Côte des Neiges au cadastre numéro L341.
23 Juin 2002 : Décès de Bernadette Pekks. Elle est enterrée au cimetière de la Côte des Neiges au cadastre numéro L341.

FIN
 (Mise à jour du 30 Juillet 2014)

NOTES BIOGRAPHIQUE SUR YVES JEANSON

À PROPOS 
D’YVES JEANSON (2014-07-30)

1951. Naissance d’Yves Jeanson à Richmond, Québec, Canada

1973. Gradué de l'Institut de Marine de Rimouski (CEGEP DE RIMOUSKI) en tant qu'officier en mécanique de génie maritime. 

1974 (Juillet). Premier emploi en tant qu'apprenti concepteur de système électrique pour le domaine de la marine marchande. (BG CHECO INGÉNIERIE). Apprenti à un ingénieur en électricité de nationalité allemande (Walter Eider).

1974. (Août) Rencontre au travail de Zanis Waldheims alors âgé de 65 ans. Il est le facteur interne de la compagnie. Présenté par Walter Eider. 

1974. Expérience esthétique à la vue d'une vingtaine de photographies des dessins originaux de Zanis Waldheims. La structure géométrique des dessins, les couleurs et leurs dégradées multiples, les profondeurs apparentes, les formes statiques et dynamiques, le mouvement apparent, les vues en plan et en élévation, en somme l'esthétique globale font une forte impression à savoir qu'il perçoit qu’il y a une structure intelligible et un signifiant dans les dessins.

1975. Lecture de la théorie de 1970 de Zanis Waldheims intitulée "La Géométrisation de la pensée exhaustive". 

1976 (Février) Formation technique en systèmes marins à Hambourg Allemagne (AEG TELEFUNKEN), suivi de Copenhague au Danemark (TRIGE-TITAN), Rotterdam, Hollande (TRIGE-TITAN), et à Stockholm Suède (ALPHA-LAVAL).

1976 (Février) Yves Jeanson organisateur de la toute première exposition solo des oeuvres de Zanis Waldheims à la Bibliothèque de Lachine. (Mr. Beauchamp, directeur). Une centaine d'oeuvres sont exposées et un article paraît dans le journal local LE MESSAGER. (Documenté). 

1976 (Automne) Début au cours du soir en électricité à l’École Polytechnique de Montréal.

1977 (Printemps). Entreprend la construction de sa maison de style breton à Mont St-Hilaire.

1979 Début des enregistrements sonores sur le vécu et les idées de Zanis Waldheims.

1980 Début de petites sculptures en styromousse (12¨ X 12¨ X 12¨ ou 300 mm X 300 X 300) par Zanis Waldheims à la suggestion, idée et collaboration de Yves Jeanson.

1981 (Novembre) Yves Jeanson organisateur de la deuxième exposition solo des oeuvres de Zanis Waldheims dans une école primaire à l'École de la Pommeraie à Mont St-Hilaire. Une centaine d’œuvres sont exposées ainsi qu'une douzaine de petites sculptures en styromousse.

1983 (Novembre) Yves Jeanson collaborateur à la troisième exposition des œuvres de Zanis Waldheims au Collège Brébeuf à Montréal. Organisatrices et contacts: Mme Préclaire. Mme Monique Brunet Weiman. Une cinquantaine de mini-sculptures en styromousse sont également exposées. (Documenté). Transport aller retour des 50 mini sculptures en styromousse de Mont St-Hilaire à Montréal.

1987. (Octobre) Construction par Yves Jeanson de la première sculpture en billes d'acier inspirée de l’œuvre # 142 de Zanis Waldheims. Titre : LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE

1987. (Novembre) Construction par Yves Jeanson d'une deuxième sculpture en matériaux composites à partir de l’œuvre # 416 de Zanis Waldheims. LA TOUPIE. (Photos documentés).

1991. Collaboration avec Zanis Waldheims dans la correction de la dernière théorie sur ses idées sur l'abstraction géométrique.

1992 (Novembre) Yves Jeanson collaborateur et initiateur de la participation de Zanis Waldheims à l'exposition collective sur l'Art populaire urbain à la Maison Frontenac. Mme Pascale Galipeau, conceptrice de l’exposition et catalogue. (Documenté).

1992 (Novembre) Yves Jeanson collaborateur et initiateur de la participation de Zanis Waldheims à l'exposition collective sur l'Art Brut au Musée de Lachine. Mme Pascale Galipeau, conceptrice de l’exposition et catalogue. Exposition de la sculpture en bille d'acier d’Yves Jeanson construite en 1987. (Documenté). Photo de l’œuvre reproduite dans un catalogue des artistes lettons en Lettonie. 

1993 (19 Juillet). Décès de Zanis Waldheims (RIGA 1990 - MONTRÉAL 1993)

1995 (Automne). Enregistrement des dernières volontés de Bernadette Pekks chez une notaire de Montréal qui lègue à Yves Jeanson, la totalité des œuvres originales de Zanis Waldheims.

1997 (Automne) Prends possession des archives de Zanis Waldheims: documents personnels, journaux intimes, cahiers d'esquisses, livres, bibliothèque, notes de recherches, photos. (Déménagement et entrée en résidence pour personne âgées de Mme Bernadette Pekks à Montréal sur le boulevard St-Joseph à la Résidence St-Dominique).

1999 (Octobre) Voyage en Italie. Impressionné par le travail des artistes du verre tel que vue à Venise.

2000 (Automne) Prends possession de la collection complète des dessins originaux de grands formats de Zanis Waldheims.

2001 (Janvier). Photo-shooting de la collection complète des dessins grands formats des oeuvres de Zanis Waldheims 

2001 (Février) Trois fins de semaines de cours intensifs sur les techniques du verre à l'école ESPACE VERRE à Montréal. 

2001 (Mars) Lancement d'un site WEB sur le travail et l'art abstrait de Zanis Waldheims. www.waldheims.net

2002 (Juin) Décès de Bernadette Pekks (REZEKNE 1910 - MONTRÉAL 2002), épouse de Zanis Waldheims.

2002 (Octobre) Installation d’un petit atelier pour le verre dans le garage du domicile. Achat d’outils, brûleur, régulateur, boyaux, pinces, lunettes, tiges de verre en pyrex, etcetera.

2002 (Hiver) Réalisation de la première sculpture en verre inspirée de l’œuvre # 142 de Zanis Waldheims intitulée LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE. Caractéristiques : 19 Niveaux. 685 sphères. Dim: 20"Hauteur X 11" X 11". Grosseur des sphères variants de 2 1/ 2po; 2 ¼ po à 3/8po. Dim. Métrique  508 mm H X 279 mm X 279mm. Grosseur des sphères: 63 mm, 56.5 mm, 9.52 mm.

2003 (Hiver) Réalisation d’une deuxième sculpture en verre inspirée de l’œuvre # 142 de Zanis Waldheims intitulée LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE. Caractéristiques : 15 Niveaux. 421 sphères. Dim: 13"Hauteur X 7" X 7". Grosseur des sphères: 2po; 1 5/8po; 3/8po. Dim. Métrique  333 mm H X 183 mm X 183mm. Grosseur des sphères: 50 mm, 41 mm, 9.52 mm.

2003 Participation au concours international pour le World Trade Centre Site Memorial à New York. (Documenté).

2003 (23 Oct au 23 Nov) Exposition de la première sculpture en verre, LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE au Château Dufresne à Montréal sous la direction du CAPS de Mme. Mireille Forget. CERCLE DES ARTISTES PEINTRES ET SCULPTEURS DU QUÉBEC. (Documenté). 

2003 (29 Novembre) Récipiendaire du premier prix en sculpture au Gala International des Arts Visuels du CAPS au Cegep Maisonneuve. Mme. Mireille Forget. CERCLE DES ARTISTES PEINTRES ET SCULPTEURS DU QUÉBEC. (Documenté).

2003 Parution d'un article sur la sculpture LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE dans le magazine canadien ESPACE SCULPTURE. (Documenté). 

2004 (Hiver) Réalisation d’une troisième sculpture en verre de l’œuvre # 142 de Zanis Waldheims LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE. Caractéristiques : 17 Niveaux. 545 sphères. Dim: 16"Hauteur X 9" X 9". Grosseur des sphères: 2po; 1 7/8po; 3/8po. Dim Métrique  406 mm H X 228 mm X 228mm. Grosseur des sphères: 50 mm, 47 mm, 9.52 mm. (Don à la FLW School of Architecture en novembre 2006).

2004 (Hiver) Réalisation en verre et en rond de bosse de l’œuvre # 142 de Zanis Waldheims LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE. Caractéristiques : 15 Niveaux. 120 sphères. Dim de la plaque de verre: 16"Hauteur X 10" Largeur X ½ po épaisseur. Grosseur des sphères: 2po; 1 5/8po; 3/8po. Dim Métrique  Plaque de verre 406 mm H X 253 mm L. Grosseur des sphères: 50 mm, 41 mm, 9.52 mm.

2004 (12 juin au 14 juillet) Exposition de la 2ième sculpture en verre à Pons, France sous l'organisation du CAPS de Mme. Mireille Forget. CERCLE DES ARTISTES PEINTRES ET SCULPTEURS DU QUÉBEC. (Documenté).

2004. (22 au 30 octobre) Récipiendaire du premier prix du public Gala des Arts Visuel au Centre Culturel Popesco à Montréal organisé par le CAPSQ. Rond de bosse sur plaque de verre. Mme. Mireille Forget. CERCLE DES ARTISTES PEINTRES ET SCULPTEURS DU QUÉBEC. (Documenté).  

2005 (Janvier) Exposition de la 2Ième sculpture en verre LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE au Palais Kheireddine à Tunis, Tunisie organisé par le CAPSQ et la collaboration de l'Ambassade du Canada à Tunis. Mme. Mireille Forget. CERCLE DES ARTISTES PEINTRES ET SCULPTEURS DU QUÉBEC. (Documenté).  

2005 (Mars) Exposition de la première sculpture en verre LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE pour le bénéfice de Centraide chez Hydro-Québec Place Dupuis. (Documenté).

2005 (Octobre) Visite de TALIESIN WEST, SCOTTSDALE ARIZONA (THE FRANK LLOYD WRIGHT SCHOOL OF ARCHITECTURE AND FOUNDATION). Rencontre de la sculpteure Mme Heloise Crista avec qui des liens d'amitiés seront tissés. Découverte des ORGANIC COMMANDMENTS de FRANK LLOYD WRIGHT qui font un rapport abstrait entre les mots et les formes géométriques primaires. Cette importante découverte va initier une démarche visant à en savoir plus sur les idées de FLW en rapport avec ses idées sur l’abstraction. Mme Crista est entrée dans le "fellowship" de FLW en 1949 et qu'elle l'a bien connu, ainsi que sa femme Olgivana.

2006 (Janvier) Deuxième visite de TALIESIN WEST, SCOTTSDALE ARIZONA et rendez-vous avec Mme Heloise Crista sculpteure. Rencontre improvisée avec David Elgin Dodge Architect de TALIESIN ARCHITECS. Explication de 15 dessins originaux de la collection Zanis Waldheims ainsi qu’une reproduction photo de la sculpture en verre de LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE. L'enthousiasme de M.Dodge est tel qu'il suggère que ces œuvres d’art non figurativea devraient êtres exposées au Musée Guggenheim à New York. Il faut savoir que M. Dodge a travaillé pour FLW sur la construction du musée Guggenheim. Mr Dodge est le petit-fils du fondateur de DODGE CORPORATION fabricant de camions et d’autos.

2006 (Avril) Visite du Musée Guggenheim à New York. Un poster et une lettre de sollicitation adressée à la curatrice sont laissés au comptoir de la réception du musée.  

2006 (July) Correspondance de la curatrice du Musée Guggenheim. (Documenté). 

2006 (Septembre) Visite de la maison FALLING WATER de Frank Lloyd Wright à Bear Run Pennsylvanie ainsi que la maison Kentuck Knob.

2006 (Novembre) Yves Jeanson commanditaire de 10 œuvres originales à la FRANK LLOYD WRIGHT FOUNDATION, SCOTTSDALE ARIZONA pour leur campagne de financement. Encan silencieuse tenue à la maison Price House à Paradise Valley, Arizona. (Documenté). Cinq des dix dessins trouvent preneur durant la soirée.

2006 (Novembre) Présentation Power-Point dans la salle rouge de l'auditorium sur la construction de la première sculpture en verre LA MONTÉE DELA CONSCIENCE à la FLW School of Architecture lors de l’événement 3rd ANNUAL DESIGN AND DEVELOPMENT CONFERENCE à Scottsdale en Arizona où participèrent les professeurs et les étudiants de l'école d'architecture, ainsi que des architectes d'Europe mais principalement des USA et du Canada. (Documenté). 

2006 (Novembre) Cérémonie (don) de remise de la troisième sculpture en verre de LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE à la Frank Lloyd Wright School of Architecture organisé par Mme. Heloise Crista sculpteure et Mr. David E. Dodge Architecte.

2007 (Août) Visite de Taliesin, Spring Green Wisconsin, et les maisons FLW à Oak Park Chicago ainsi que du Johnson Wax Administration Building à Racine, Wisconsin États-Unis. 

2007 (Sept) Visite de Taliesin West, Frank Lloyd Wright Scottsdale, Arizona. Rendez-vous avec Mme Heloise Crista sculpteure.

2008 (Janvier) Participation à une sollicitation de documents pour le 20ième Congrès de l'ASSOCIATION INTERNATIONALE D'ESTHÉTIQUE EXPÉRIMENTALE qui est une organisation scientifique regroupant des chercheurs des cinq continents majoritairement d'universitaires mais également des chercheurs indépendants dans le domaine des arts visuels. Suggestion est faite par Yves Jeanson à l'organisateur de l'Université Purdue en Indiana aux États Unis, pour une cession papier sur l'art abstrait de Zanis Waldheims, une participation à la cession poster et à l’exposition pour exposer la sculpture en verre LA MONTÉE DE LA CONSCIENCE et finalement une présentation sur la fabrication et la construction de celle-ci. Le thème du congrès est : LA PSYCHOLOGIE ET L’ESTHÉTISME DANS LE FUTUR.

2008 (Mars) Acceptation par le comité scientifique de l'AIEE du texte, la présentation sur l'art abstrait de Zanis Waldheims, une participation à la cession poster, l'exposition de la sculpture en verre et finalement une présentation sur la fabrication et le montage de la sculpture en verre. 

2008 (Avril) Visite Taliesin West et des maisons du type Textile Bloc à Los Angeles Californie et rendez-vous avec Mme Heloise Crista et David E. Dodge à Scottsdale, Arizona.

2008 (Août) Participation au 20ième Congrès de l'AIEE tenu à l'Hôtel Carleton à Oak Park Chicago. (Documenté). Agit en tant que guide pour plusieurs congressistes lors de la visite des maisons FLW à Oak Park. Une participante polonaise est tellement ébranlée par la présentation de Jeanson qu'elle annule la sienne et en improvise une autre. Invitation à Varsovie, Pologne (Pas de suite). Un participant Chinois prends au moins 1000 photos de la NOOSPHÈRE tant il est impressionné par ce qu'il voit. Un disque CD contenant tous les textes des présentations (abstracts) est fourni par l'organisateur.

2008 (Automne) Correspondances via courriels avec une professeure de l’Université de Saratov en Russie rencontrée lors du congrès au mois d’août à Chicago. Échanges sur l’art de Zanis Waldheims.

2009 (Janvier) Premier courriel avec Jonathan Tobin (32 ans) le petit-fils de Zanis Waldheims qui le jour de l'an découvre le site web exposant les travaux de son grand-père. En tapant un W au lieu d'un V il entre dans le site web et découvre l’œuvre et l’histoire de son grand-père.

2009 (Juin) Jonathan Tobin de Los Angèles Californie, en visite chez Yves Jeanson. Jonathan est un étudiant en droit et aime la photographie tout comme son grand-père qui était lui aussi à cet âge étudiant en droit et bachelier de l'Université de Riga en 1944. (Documenté).

2009 (Mai) Vente limitée des droits d'auteurs de deux dessins pour la production d'une pochette d'un disque vinyle pour l'album d'un musicien flamand (KÖHN. Titre: We need more space in the cosmos). Le gérant du musicien avait vu la collection complète des œuvres sur Flickr et avait choisi les dessins # 590 et # 60. (Documenté + Album de musique + Exposition de l’œuvre sur le site web de KRAAK ). 

2009 (Octobre) Invitation officielle pour participer à un congrès à l'Université Technique de Saratov dans la ville de Saratov Russie. (Voir document officiel). Non participation. (Documenté). 

2010 (Janvier) Participation à une sollicitation de documents pour le 21ième Congrès de l'ASSOCIATION INTERNATIONALE D'ESTHÉTIQUE EXPÉRIMENTATE qui est une organisation scientifique regroupant des chercheurs des cinq continents majoritairement d'universitaires et de chercheurs indépendants dans le domaine des arts visuels. Suggestion est faite pour une cession papier, une présentation sur le processus de créativité de Zanis Waldheims et la cession poster où deux bas-reliefs seraient exposés. Le thème du congrès est : L’ESTHÉTISME ET LE DESIGN.

2010 (Mars) Acceptation par le comité scientifique de l'AIEE pour une cession papier sur le processus de créativité de Zanis Waldheims (présentation Power-Point), et la participation à la cession poster au 21ième congrès qui doit avoir lieu en Août à Dresde Allemagne.  

2010 (Août) Participation au 21ième Congrès de l'AIEE à Dresde, Allemagne.(Documenté) Invitation à participer au 22ième Congres à Taipei Taiwan. Invitation à participer à un congrès de mathématicien à Montréal en 2012. Pour les Taïwanais, la présentation de Jeanson fait un rapport avec la géométrie sacrée. Un intérêt marqué est manifesté par une participante Chinoise étudiant en mathématique. Rencontre avec Mme Ines Hacker (Minden Allemagne), filleule de Zanis Waldheims.

2010 (Octobre) Le nom de Yves Jeanson est cité dans le numéro spécial du Journal de l'Association Internationale d'Esthétique Expérimentale. (Congrès de Chicago tenu en 2008). (Documenté). 

2010 (Janvier) Invitation à participer a un congrès sur l'art et la culture à l'Université Southwest, CHONGQING Chine. Non participé. Envoie d’un texte et d’un poster. (Documenté). 

2011 (Janvier). Reçu de Mme. Heloise Crista (Frank Lloyd Wright Foundation, Taliesin West, Arizona) un prototype en plastique d'une mini sculpture intégrant les quatre commandements organiques de FLW. Ce prototype a été commandé à Mme. Crista pour le centenaire de Taliesin Wisconsin et fut suivi par la fabrication de mini-sculptures en bronze intitulée Geometron. (Documenté).

2011 (Février) Fabrication de bas-reliefs à partir des dessins de Zanis Waldheims. Dessins # 636, 572, 600, 626, 454, 492, 213, 649

2011 (Mars-Avril). Production de films d'animation des dessins # 416, 636, 650 (MS Movie Maker).

2011 Août. Participation dans la ville de Spring Green au Wisconsin à l’événement spécial LIFE À TALIESIN pour le 100ième anniversaire de la construction de Taliesin. Rencontre de Mme Heloise Crista et d’architectes qui ont connu Frank Lloyd Wright de son vivant. Visite privé de la maison Taliesin. (En discutant du Geometron avec Mme Crista, elle mentionne qu’elle a pensée continuellement à Yves Jeanson durant la réalisation du projet de la mini sculpture en bronze). 

2011 (Décembre) Prise de contact de Mr. Raymond Guy professeur de mathématique au Collège Boréal à Sudbury Ontario qui écrit : « Votre site web qui résume la vie et l’œuvre de Zanis Waldheims me fascine énormément. Je vous trouve privilégié de l’avoir connu. Je suis ébahi par sa maîtrise des couleurs et de l’équilibre géométrique de ses œuvres. Comme professeur de mathématiques, je trouve cet art superbe. Le fait qu’il a travaillé à géométriser divers aspects de la société me pousse à en savoir plus sur sa pensée avant-gardiste. Le fait que ces œuvres en deux dimensions puissent se traduire en sculptures tridimensionnelles est incroyable. J’aimerais lire ses thèses mais je ne parviens pas à en trouver. Pourriez-vous m’aiguiller vers des sources pour obtenir ses œuvres et ses pensées. » Merci de l’attention que vous portez à ma demande. Raymond Guy, Professeur, Expert de sujet – Mathématiques.

2012 (Mai). Participation à Orillia, Ontario à OCMA 2012 (Ontario College Mathematics Association). Présentation des idées de Zanis Waldheims et mini-exposition des œuvres ainsi qu’une sculpture en verre en collaboration avec Mr. Raymond Guy, professeur de mathématique au Collège Boréal à Sudbury, Ontario. (Documenté).

2012 (Août). Participation au 15th International Conference on Geometry and Graphics à l’Université McGill à Montréal. Présentation des idées de Zanis Waldheims et exposition d’une trentaine d’oeuvres originales dans la grande salle d’exposition du pavillon d’architecture ainsi que quelques mini-sculptures, bas-reliefs, deux sculptures en verre.

2012 (Novembre). Participation sur invitation à un atelier d’art et présentation des idées de Zanis Waldheims et mini-exposition au Fields Institute de l’Université de Toronto, Ontario. Co-participation de Mr. Raymond Guy, professeur de mathématique au Collège Boréal à Sudbury, Ontario. (Documenté). 

2013 (Mars). Production d’une vidéo de 10 minutes par Mme Louise Gervais, étudiante en art à la retraite, et Mr. Raymond Guy ayant comme sujet Zanis Waldheims. 

2013 (Juin). Participation au 12th International Conference on Engineering Graphics à Riga Lettonie des idées de Zanis Waldheims. Exposition de reproduction et don de deux œuvres originales au musée de Riga Technical University. Œuvres # 174 et 297.

2013 (Juin). Présentation de la vidéo de Mme. Louise Gervais et Mr. Raymond Guy à l’Ambassade du Canada à Riga, Lettonie.

2013 (Septembre). Retraite d’Yves Jeanson qui se consacre à faire connaître l’œuvre de Zanis Waldheims.


Copyright ©  2002-2008 Cogitec / All Rights Reserved.